» HAMMAMET

Si un paradis terrestre doit exister, c'est sûrement à Hammamet qu'il faut le chercher...
Naguère, petit village de pécheurs et de cultivateurs, Hammamet est devenu par les temps modernes, un véritable pôle d'attraction pour le monde entier. Depuis 1956, date de l'indépendance de la Tunisie. cette paisible cité balnéaire a connu un essor fulgurant dans le domaine touristique.

Ville de villégiature et centre culturel, Hammamet n'est plus a chanter. Le site est sûrement le plus célèbre de toute la Tunisie et même de toute I'Afrique du Nord. Combien d'artistes sont venus témoigner de la splendeur de ce lieu sacré, y puisant l'idée d'un Chef-d’œuvre en sirotant un thé à la menthe au somptueux café Sidi Bouhdid. Hammamet, c'est aussi un immense verger qui déferle son parfum d'oranges et de jasmins sur la côte, apportant du baume dans le cœur des touristes qui prennent plaisir à se lézarder sous le soleil gracieux. Hammamet, c'est aussi sa médina, son fort, son artisanat aux milles formes et couleurs et qui font la joie des yeux. Hammamet, c'est tout cela à la fois, mais aussi et peut être surtout, ce petit quelque chose que chacun de vous ressentira différemment au moment du départ.
 » HAMMAMET TUNISIE 

Pays : Tunisie

Gouvernorat : Nabeul

Délégation : Hammamet

Code postal : 8050

Population : 63 116 habitants

Gentilé : Hammamétois

Superficie : 3 600 ha = 36 km2

Latitude : 36° 24′ Nord

Longitude : 10° 37′ Est

Lieu célèbre : La Médina

Aéroports les plus proches : Tunis et Monastir

Vol France Tunisie : 2h30

Hammamet (الحمّامات‎ ) est une ville située sur la côte sud-est du Cap Bon à 60 kilomètres au sud de Tunis. Rattachée au gouvernorat de Nabeul, elle constitue une municipalité de 63 116 habitants (nombre qui quadruple en été) et s'étend sur une superficie de 3600 hectares. Elle forme avec l'agglomération de Nabeul une conurbation bipolaire de 185 000 habitants.
Hammamet est souvent présentée comme une station balnéaire de réputation internationale, l'une des principales de la Tunisie. Le développement récent de la marina de Yasmine Hammamet renforce l'importance de l'industrie touristique. En effet, réputée depuis la deuxième moitié du XXe siècle, la ville offre a ses visiteurs de longues plages le long du golfe portant son nom.
 » HISTOIRE 
- Antiquité : À l'époque punique, la région ne tarde pas à devenir l'une des parties les plus fertiles du domaine agricole carthaginois. Avec la domination romaine apparaît une agglomération urbaine : Pupput. Sous les Romains, elle connaît un développement remarquable : de simple vicus, elle accède au rang de colonie honoraire (Colonia Aurelia Commoda) sous le règne de l'empereur Commode entre 185 et 192 (dans le cadre de la romanisation de l'Afrique). Cité de Byzacène, elle se trouve au carrefour de deux axes routiers : l'un relie la côte orientale à la plaine céréalière de Thuburbo Majus et l'autre part de Carthage et longe le littoral jusqu'à Leptis Magna (actuelle Libye). Dès lors, la cité jouit des institutions municipales romaines et se pare des monuments caractéristiques de la cité romaine.
- Moyen Âge : En 678, avec la conquête arabe du Cap Bon, Pupput est passée sous silence par les sources arabes : la cité désaffectée tombe en ruine. Les Arabes, pour des considérations d'ordre géostratégique, lui préfèrent le site de l'actuel médina qui se trouve sur un petit cap au nord de Pupput. Le nom arabe d'Hammamet est mentionné pour la première fois par le géographe arabe Al Idrissi au XIIe siècle dans un ouvrage qu'il aurait composé vers 1154 sur ordre du roi normand Roger II de Sicile. Il la présente comme un fort ou château (ksar) : «Au cap d'El Hammamat se trouve un château édifié sur un promontoire qui s'avance dans la mer à environ un mille» Ce fort, dont la construction remonterait aux années 893-914 fait partie d'une série de ribats similaires ayant pour rôle de défendre le littoral des razzias. Il est probable qu'Hammamet aurait servi d'avant-poste littoral jusqu'en 1186-1187, date à laquelle la ville est détruite impitoyablement par les banu Ghaniya venus des îles Baléares.

Une agglomération urbaine se développe autour de ce fort, avec la fondation d'une partie de la mosquée au XIIe siècle, à une époque critique de l'histoire de l'Ifriqiya : invasion normande ajoutée à l'invasion hilalienne et à l'effondrement de l'état ziride. À partir du XIIIe siècle, il ne s'agit plus d'un fort mais d'une ville. Un voyageur marocain parle, en 1289, de la petite ville d'Hammamet et de ses remparts blanchis à la chaux. Sous les Hafsides, on s'empresse de construire les remparts de la ville - qui auraient été achevés vers le milieu du XIIIe siècle - pour renforcer l'armature défensive du littoral. On ordonne par ailleurs d'achever la construction de la Grande mosquée d'Hammamet. Les deux monuments, comme tant d'autres, sont construits en matériaux prélevés sur les sites antiques voisins. La ville prend alors une certaine importance et devient le lieu de résidence du cadi. En outre, il semble que la ville connaisse, par moments, une relative prospérité économique qui explique en partie les incursions et les assauts acharnés dont elle fait l'objet tout au long du XIVe siècle de la part des pirates pisans et catalans. Les quelques fortifications et restaurations dont elle bénéficie aux XIVe et XVe siècles, en l'occurrence la consolidation des remparts et l'édification de la kasbah sur l'emplacement d'un fort datant du XIIe siècle, ne peuvent mettre fin à ces incursions et razzias meurtrières.

- Époque moderne : Suite à la conquête de 1574, la ville est confié à des Ottomans. Les janissaires s'installent dans la kasbah et le nombre d'Ottomans, d'origine ou d'adoption, s'accroît régulièrement. Face à cette minorité privilégiés, la population hammamétoise est reléguée au second plan. Mais ce phénomène ne dure pas car les Ottomans subissent profondément l'influence de la population autochtone et sont vite assimilés : l'apparition des Kouloughlis, issus d'unions entre Ottomans et de femmes du pays, est à l'origine de cette assimilation. Hammamet souffre également de la concurrence entre les États chrétiens et les régences barbaresques : celle-ci fait l'objet de deux razzias célèbres opérées par la flotte de l'ordre des chevaliers de Malte (en 1602 et 1605). «Malgré une résistance obstinée où les femmes se distinguent et qui coûte la vie à 300 habitants, les chrétiens s'emparent de la ville et arborent la bannière de l'ordre sur la mosquée principale» Ainsi, la première expédition est un succès pour les chevaliers mais la population prend sa revanche lors de la deuxième expédition qui est un échec retentissant pour l'Ordre de Malte. Depuis, le nom d'Hammamet, défiguré dans les langues latines en Maometta, Mahomette et même Emmamette, devient célèbre en Europe occidentale. Avec l'afflux de réfugiés andalous chassés d'Espagne au début du XVIIe siècle, l'agriculture maraîchère et l'arboriculture connaissent une relance remarquable au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Hussein Bey, fondateur de la dynastie husseinite, visite la ville en 1727 et ordonne la construction d'une nouvelle mosquée et la restauration de la Grande mosquée et des remparts de la médina. Sous Hammouda Bey, l'artisanat textile connaît un essor remarquable. Mais le XIXe siècle est une période de difficultés au cours de laquelle la population devient de plus en plus victime de la ponction fiscale des beys et de la pression européenne.

- Époque contemporaine : En 1881, la ville est conquise sans grande résistance par la Compagnie franche de Tunisie placée sous les ordres du commandant Désiré Bordier. Venu conquérir Hammamet, Bordier est conquis à son tour par la magie des lieux et y fixe sa résidence et sa dernière demeure. Désormais, la ville subit le choc de la modernité : la médina avec ses différents pôles et structures se marginalise progressivement au profit d'un nouveau noyau urbain extra muros. La ville inaugure plusieurs commodités urbaines : chemin de fer (1899), électricité, téléphone, école française, église catholique (1884), etc. Avec la création de la municipalité en 1942, d'autres commodités sont introduites. Célèbre pour ses citrons, Hammamet demeure avec Nabeul (jusqu'en 1930) la première zone agrumicole du pays. De nombreux écrivains-voyageurs en quête essentiellement d'exotisme et de pittoresque décrivent et chantent la beauté d'Hammamet par l'image et le texte, contribuant ainsi à la renommée de la ville. Dès lors Hammamet devient une station de villégiature hivernale fort prisée et déjà assez fréquentée au début du XXe siècle. Le grand peintre Paul Klee, lors de son passage à Hammamet en 1914, est ébloui par sa lumière, ses couleurs, et ses formes. En la découvrant, il écrit : «J'ai compris en découvrant cette petite bourgade de pêcheurs que l'art ne rend pas le visible mais qu'il rend visible». Avant la Première Guerre mondiale, August Macke, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, André Gide et Oscar Wilde sont également séduits par la ville. À la suite du krach de Wall Street en 1929, un milliardaire roumain, Georges Sebastian, découvre Hammamet et s'y fait construire une villa de rêve. Il y invite ses amis. Séduits par le charme de l'endroit, certains acquièrent de petites maisons dans la médina et les transforment à leur goût alors que d'autres préfèrent construire à la campagne de somptueuses villas imitant le style arabo-musulman de la villa Sebastian.

Hammamet attire alors d'autres célébrités tels Jean Cocteau, Wallis Simpson et le duc de Windsor. La Seconde Guerre mondiale met à dure épreuve la population hammamétoise. Le palais de Sebastian est réquisitionné en 1943 par le maréchal Rommel qui y installe son quartier général. Durant la guerre, d'autres célébrités de passage fréquentent les lieux tels Winston Churchill, les généraux Von Arnim, Montgomery et Eisenhower et le roi George VI.
Après la guerre, Hammamet redevient un havre de paix et accueille de temps à autres des hôtes prestigieux tels Bettino Craxi, Sophia Loren ou Frédéric Mitterrand. Hammamet devient ainsi une véritable ville cosmopolite préparant les conditions du développement touristique après l'indépendance (1956). Quant à Sebastian, ne souhaitant pas revenir dans sa maison, il la vend à l'État tunisien en 1962. Celui-ci la transforme en centre culturel, dont le théâtre en plein air, ajouté à l'intérieur des jardins de la villa en 1964, accueille chaque été le Festival international de Hammamet, le second de Tunisie après celui de Carthage.
 » GEOGRAPHIE 
Le relief local comprend deux petites plaines côtières d'une faible altitude : une large plaine à l'ouest et une plus étroite à l'est. Ces deux plaines se terminent sur la mer par des plages sablonneuses longeant le littoral sur une vingtaine de kilomètres. Au nord-ouest, dans l'arrière-pays, se dressent une série de collines dominant la ville et dont le point culminant ne dépasse guère 250 mètres.

Le noyau de Hammamet est constitué par sa Médina. À l'ouest se trouve la kasbah et au nord la Place des martyrs. Les 2 principaux axes de la ville : l'avenue Habib Bourguiba et l'avenue de la République.

La zone touristique se divise, à partir du centre, en deux sections : la plus petite et plus ancienne (Hammamet Nord) s'étale vers Nabeul et la plus grande et plus récente (Yasmine Hammamet), située à plusieurs kilomètres à l'ouest, s'étale en direction de Bouficha.

 » CLIMAT 
Le climat de Hammamet est un climat méditerranéen littoral doux et ensoleillé (en fait c’est un microclimat). Il subit intensément les effets modérateurs et adoucissants de la mer qui se traduisent par une faible amplitude thermique annuelle (moyenne de l’hiver 12°, de l’été 26°, moyenne annuelle 19°).
La saison des pluies s'étale de l'automne jusqu'au printemps. La pluviométrie se situe aux alentours de 400 millimètres par an. La nappe phréatique est généralement à faible profondeur, mais donnant des signes d’épuisement, car elle est surexploitée depuis longtemps afin de subvenir, jadis, à une agriculture intensive et aujourd'hui à une population et à une activité touristique galopantes.

La source d’Al-Fawara qui alimente essentiellement la population en eau potable reste d’une importance capitale vu son débit et sa qualité.

 » S'Y RENDRE 
Les deux aéroports les plus proches de Hammamet sont ceux de Tunis et de Monastir. Chaque voyageur sera donc obligé de prendre la route. Pour vous y rendre depuis Tunis, empruntez l'autoroute A1. Il ne faudra qu'une petite heure pour atteindre Hammamet (80 km). Si vous remontez de Sousse, suivez la route P1 sur 70 km.

Des bus, des taxis, assurent tous les jours la liaison de Tunis à Hammamet, sinon vous pouvez réserver un transfert aéroport chez un prestataire.
Les taxis collectifs sont l'option à retenir si vous êtes pressés. Sachez que les prix, quasiment identique à ceux des bus, sont fixés par les autorités. Ne cherchez donc pas à négocier. Ces taxis attendent que les 5 ou 8 places du véhicule soient occupées pour partir. Pour prendre un taxi collectif à Tunis, rendez-vous à la station des bus de Bab Alioua. Le train, qui offre un seul aller-retour par jour depuis la capitale, est à éviter.

 » SE DÉPLACER 

Pour se déplacer à Hammamet, il y a plusieurs moyens :
- Taxi : C'est le moyen de transport idéal pour se déplacer rapidement en ville et dans les zones touristiques. Les taxis jaunes sont normalement munis d'un compteur.
- Taxi collectif : Ils ont des itinéraires fixes (Tunis, Sousse, Sfax, Kairouan, etc.). C'est un moyen de transport rapide et économique très utilisé par les Tunisiens (capacité de 8 personnes). Les horaires ne sont pas fixes, la voiture ne part que lorsqu'elle est pleine.
- Bus : Il relie quotidiennement Hammamet aux grandes villes du nord et du centre de la Tunisie.
- Voiture : La location d'un véhicule peut se faire facilement une fois sur place ou en consultant les sites web des agences avant votre départ. Les voitures de location possèdent toutes une plaque bleue.
 » GOLF - THALSSOTHERAPIE - CONGRES 
Golf, thalassothérapie et congrès à Hammamet

Les golfeurs se plairont dans la région de Hammamet : la station compte deux grands parcours de golf serpentant dans les collines verdoyantes- le Golfe Citrus (36 trous, un compact de 9 trous et un practice) et le Yasmine Golfe Course (18 tous et 9 trous école). La douceur du climat, les vues sur la mer et la végétation méditerranéenne typique, les parcours stimulants pour tous les niveaux et les club-houses bien équipés en font des golfs agréables à pratiquer tout l'année.
Hammamet compte aussi des centres de thalassothérapie offrant toute une palette de soins, depuis les soins à base d'eau de mer jusqu'aux massages orientaux. La rigueur de la loi tunisienne s'y combine à la douceur héritée de la tradition tunisienne du hammam, pour offrir des cures de qualité, particulièrement bénéfiques.

Fortes de leurs nombreux attraits, Hammamet est une station idéale pour l'accueil des congrès. On y trouve un vaste choix d'hôtels de catégorie supérieure, un palais de congrès et plusieurs salles pouvant accueillir jusqu'à mille congressistes.

 » LA MÉDINA DE HAMMAMET 
La médina d’Hammamet est une des plus belles de Tunisie…

Avec ses remparts baignés par les vagues et son imposant fort du XVe siècle, la médina de Hammamet (dont sa structure rappelle celle de toute médina arabo musulmane) reste l’une des plus belles médinas de Tunisie – visite à ne pas manquer !. Elle offre aux visiteurs le charme de ses ruelles tortueuses qui ont le même aspect et la même couleur. En certains endroits, elles sont si étroites que deux personnes n'y peuvent marcher de front. Les maisonnettes arabes qui l’entourent bénéficient d’une vue sur la mer ou sur des ruelles adjacentes. La médina est aussi un lieu de shopping ou on trouve des boutiques, des souks et des bazars d’artisanat.
 » YASMINE HAMMAMET 
Yasmine Hammamet (ياسمين الحمامات ) est une marina qui devient une importante station balnéaire de Tunisie. Elle est située au sud-ouest de la ville d'Hammamet. Il s'agit d'une station touristique intégrée sur le modèle de Port El-Kantaoui à Sousse. Développée par la Société d'études et de développement d'Hammamet-Sud, elle s'étale sur 278 hectares avec un front de mer de 4 kilomètres. Elle offrira à terme 45 hôtels (soit 19 000 lits) dont 80% en 5 et 4 étoiles et 2 000 unités résidentielles (d'une capacité de 11 000 lits) en appartements, villas, bungalows et time sharing. On y trouve également une reproduction d'une médina arabe (Médina Mediterranea) avec ses remparts, ses souks, son habitat traditionnel et un parc à thèmes (Carthage Land), un casino, des centres de thalassothérapie, une esplanade de 1,5 kilomètre de long avec ses galeries commerçantes, des espaces verts, des centres d'animation et, à 5 kilomètres de là, 2 terrains de golf (Yasmine et Cytrus). Le port de plaisance dispose de 740 places.
 » HAMMAMET LA NUIT 
Au centre-ville et à Hammamet Sud, bien plus tard que minuit, les rues sont aussi bondées qu’en pleine après-midi. Les cafés et les restaurants, tous sympathiques et accueillants, restent ouverts jusqu’au petit matin.
Les nuits de Hammamet sont parmi les plus animées de toutes les villes de la Méditerranée. Hammamet possède également les plus belles boîtes de nuit et discothèques de la Tunisie. Très bien animées, quelques-unes en plein air, elles illuminent le ciel et la nuit de Hammamet.
Chaque année, durant les mois de juillet et d’août, un festival international se tient dans le théâtre de plein air, un cadre enchanteur, à proximité de la mer, et où des spectacles de danse, de musique et de théâtre sont animés par des groupes et des artistes venus de tous les pays du monde. Plusieurs stars internationales s’y sont déjà produites.
 » LIEUX ET LOISIRS 
- Parc D’Attraction Carthageland : Carthageland est le premier parc d'attraction Tunisien. Situé à deux pas d'Hammamet plus précisément à Yasmine Hammamet la nouvelle zone touristique, au nord-est de la Tunisie, il est ouvert jusqu'à minuit durant l'été. Manèges, toboggans, parcours en barque ou en bateau, restaurants et bien d'autres vous attendent. Les attractions reprennent en effet quelques épisodes de l'histoire de la Tunisie (le périple du navigateur Hannon, le palais des milles et une nuit, les aventures du pirate Barberousse...). Vous aurez aussi accès à une salle de cinéma et la nouvelle attraction pour enfants Ali Baba.

- Parc Animalier Friguia : Le parc animalier FRIGUIA ravira les amoureux des animaux. Dans ce parc de 36 hectares, ils pourront voir une centaine d'animaux en semi-liberté. Eléphants, girafes, crocodiles, lions, flamants roses sont quelques-uns des pensionnaires du parc. Par ailleurs, le but du parc est de participer à la préservation d'espèces menacées et de les réintroduire ensuite dans leur environnement naturel. On  trouve sur place aussi des restaurants et des boutiques.

- La Médina Hammamet Centre : La Médina Avec ses remparts baignés par les vagues et son imposant fort du XVe siècle, la médina de Hammamet (dont sa structure rappelle celle de toute médina arabo musulmane) reste l’une des plus belles médinas de Tunisie – visite à ne pas manquer ! Elle offre aux visiteurs le charme de ses ruelles tortueuses qui ont le même aspect et la même couleur. En certains endroits, elles sont si étroites que deux personnes n'y peuvent marcher de front. Les maisonnettes arabes qui l’entourent bénéficient d’une vue sur la mer ou sur des ruelles adjacentes. La médina est aussi un lieu de shopping ou on trouve des boutiques, des souks et des bazars d’artisanat locale.

- Médina Yasmine Hammamet : Entourée d'authentiques remparts médiévaux, on la découvre derrière des portes majestueuses aux noms évocateurs tels que Damas ou Mehdia rendant hommage à la civilisation méditerranéenne. Le dédale des ruelles, le foisonnement des coupoles, patios et alcôves vous transportent d'Alger à Ispahan, de Cordoue ou de Sidi Bou Saïd à Fès...C'est un lieu unique au monde par son aspect culturel et touristique. tout au long de votre séjour à Hammamet, Medina vous fait voyager dans un passé glorieux, vous mène sur des traces ancestrales et vous fait vivre au rythme des légendes anciennes. Mille et une attraction feront de vos séjours à Hammamet une expérience inoubliable.

- Café Maure Sidi Bou Hadid : Café maure Sidi Bou Hadid est situé en bordure de plage à l'extrémité du souk de la Médina. Ce lieu paisible et charmeur vous procurera un agréable moment de détente. On ne peut rêver d’une meilleure situation pour déguster un thé à la menthe ou une citronnade et quelques pâtisseries au bord de la mer. Ane pas rater sur place LA CHICHA. L'ambiance est très sympa, de jour, comme de nuit. Ce lieu paisible et charmeur vous procurera un agréable moment de détente à Hammamet. A noter que tout près du café des trains touristiques d'une dizaine de wagons, chacun pouvant accueillir de 5 à 6 personnes, partent à la découverte de Hammamet, en suivant les plus beaux parcours de la ville. Nous vous conseillons d'y monter, les premiers jours de votre séjour à Hammamet, pour découvrir la ville et pouvoir la visiter plus tard

- Site Romain de Sidi Djedidi : Le site romain Sidi Djedidi Près de Hammamet présente une importante collection de mosaïques très intéressantes. Ce site est ouvert tous les jours de 8h30 à 17h30 (Hiver) et de 9h/13h à 15h/19h (été).

- Aquapark Flipper Hammamet Nord : Situé sur un terrain de deux hectare en bord de mer, Aquapark Flipper est le plus grand parc aquatique de la Tunisie par ses attractions, avec une capacité d’accueille de 1000 personnes. Chaque été, Aquapark Flipper propose un espace de détente, de sport, de distraction, de lecture, de repos sur un transat, de jeux aquatiques uniques dans la région..

- Yasmine Hammamet Et Port De Plaisance Marina : La station touristique Yasmine Hammamet s'étale sur 278 hectares avec un front de mer de 4 km. Elle offre à l'hébergement 44 hôtels dont 80% en 5 et 4 étoiles. En plus, elle comporte une Médina avec ses remparts, ses souks, son habitat traditionnel et son parc à thèmes, 2 casinos, des centres de thalassothérapie, une esplanade avec ses galeries commerçantes, des espaces verts, des centres d'animation et, à 5 km de là, les 2 parcours de golf, le Yasmine et le Cytrus. Le véritable joyau de cette Marina où les sports nautiques sont à l’honneur, c’est vous vous en doutez, le port - Port Marina. Un port à l’usage des plaisanciers certes, mais également de tous ceux qui ressentent une irrésistible propension au rêve à la vue de l’immensité bleue du déploiement des voiles, à l’usage de ceux qui se laissent gagner par la volupté en écoutant le murmure de la mer, le cliquetis des bateaux en sommeil et le tendre grincement des mâts.
Le port est en effet remarquable par ses proportions et ses caractéristiques techniques qui en font le plus important port de plaisance de la rive sud de la Méditerranée, à soixante kilomètres de Tunis, la capitale, et à soixante miles kilomètres de la Sicile. Le port Marina en bref c’est : 20 ha de plan d'eau, 740 anneaux pour bateaux et voiliers de 8 à 70 m, 55 villas de luxe, 500 appartements très haut standing, 18 000 m² de locaux commerciaux, 30 000 m² de jardins aménagés, restaurants et bars, centres de loisirs, casino…